4 juillet 2016

Les 4 accords Toltèques - Introduction

Critique de texte. Objective ou presque
Don Miguel Ruiz. Les quatre accords toltèques. Les voies de la liberté personnelle. Ed Poches Jouvence. 6,60€ ! (Liberté, pas chère, pas chère).


Fallait que je vous en parle.
Ce n’est pas vraiment une histoire de soin, j’en ai plein à raconter mais les mots bloquent entre ma gorge et mon clavier, les articles s’allongent, sans queue ni tête, je vous y perdrai je pense.

Et puis en matière de soin, il y a eu cette petite pépite, dont la lecture à cent à l’heure a enclenché quelque chose en moi qui est en train de tout changer. Ce n’est pas une histoire de soignants, c’est une histoire d’être humain. Une petite méthode avec des mots simples qui renverse les codes avec lesquels je fonctionnais depuis toujours, ceux peut-être avec lesquels vous fonctionnez aussi.
Vous verrez comme ils peuvent nous faire mal. Pour rien.

Identifier ces foutus codes, les renverser, faire la révolution, pas avec les autres mais avec soi-même pour adoucir son regard sur soi. Pour remettre l’amour avant la haine. C’est pas un beau programme ça ? Ces mots je les trouve terriblement justes. J’avais envie de les partager avec vous.

Si vous êtes toujours avec moi, venez, je vous embarque dans mes morceaux choisis…

Introduction : Comment en est-on arrivé là ?

La construction de nos croyances

Les adultes qui nous entouraient lorsque nous étions enfant, ont donc capté notre attention et introduit des informations dans nos esprits par la répétition (…) comment nous comporter en société : que croire, ne pas croire, ce qui est acceptable, ce qui ne l’est pas, ce qui est bon et ce qui est mauvais… 

Enfants, nous n’avons pas eu la possibilité de choisir nos croyances mais nous avons donné notre accord à l’information qui nous était transmise sur le rêve de la planète (règles de la société, croyances, lois, religions, différentes cultures et modes de vies, gouvernements…). Du moment que nous sommes d’accords, nous croyons. Voilà comment on apprend quand on est enfant. Nous croyons ce que les adultes nous disent. Nous sommes d’accord avec eux. (…) Il en résulte une soumission aux croyances avec notre accord .

Respecter ces croyances pour ne pas être rejeté

Bientôt nous avons commencé à avoir peur d’être puni ou de ne pas recevoir de récompense, celle-ci consistant à obtenir l’attention de nos parents ou d’autres personnes. (…)
Comme elle (l’attention) nous faisait du bien, nous avons continué à faire ce que les autres attendaient de nous pour l’obtenir. Nous nous sommes mis à prétendre être qui nous n’étions pas, juste pour faire plaisir aux autres, juste pour paraître assez bien à leurs yeux. 
Nous prétendions être autre que nous n’étions par peur d’être rejetés.

Je ne sais pas pour vous mais de mon côté, gamine surdouée toujours socialement à côté de ses pompes avec les enfants de son âge, c'est exactement ce qui s'est passé. Exacerbé ou non par le potentiel intellectuel, il m'a fallu très longtemps et un début de thérapie à 25 ans pour commencer à comprendre que je n'étais jamais moi, toujours avec le masque celle que je pensais, je supposais, je croyais qu'on aimerait le plus. 

Au final comme il l'explique assez bien ces croyances erronées nous servent, sans cesse, à juger nos actions, quitte à nous punir injustement pour elles.

Ce système de croyance est comme un Livre de la loi à l’aune duquel notre esprit jugera tout ce que nous faisons, pensons, ressentons et nous déclarera coupable à chaque digression. Plusieurs fois par jour, tous les jours. Coupable.

La vraie justice consiste à ne payer qu’une seule fois pour chaque erreur. La vraie injustice consiste à payer plus d’une fois pour chacune. (…). Nous commettons une erreur, nous nous jugeons, nous nous déclarons coupables et nous nous punissons. (…) A chaque fois que nous y repensons, nous nous jugeons, culpabilisons, punissons à nouveau. (…). Encore. Et encore.
Est-ce juste ?  

Non ce n’est pas juste si l'on se réfère à sa définition. Une erreur, des milliers de rappels, de punitions chaque fois aussi douloureuses pour une seule erreur, nous qui en faisons sans cesse. Peut-on vivre en passant sa vie à se reprocher où à ce qu'on nous reproche sans cesse nos erreurs ? Suis-je ainsi ? La vie n'en devient-elle pas un enfer si l'on fonctionne de cette manière ? 

Si je ne cesse de me juger, culpabiliser, me punir pour mes erreurs, comment puis-je avoir la moindre estime de moi ?

Etre simplement soi-même, voilà ce que nous redoutons le plus.
Nous avons appris à vivre en nous efforçant de satisfaire les besoins d’autrui, à vivre en fonction du point de vue des autres, de peur de ne pas être accepté et de ne pas être assez bien à leurs yeux.

On crée une image de ce que l’on devrait être pour être accepté par tout le monde. (…) On construit cette image de perfection à laquelle il est impossible de se conformer.
N’étant pas parfait, nous nous rejetons.
Nous sommes incapables de nous pardonner de ne pas être tels que nous le souhaitons ou que nous croyons devoir être. Nous ne nous pardonnons pas de ne pas être parfaits.

Nous allons jusqu’à nous déshonorer, simplement pour plaire à autrui...

Qu'est-ce que je disais ? Le pré est toujours plus vert ailleurs, l'autre toujours plus belle, toujours plus drôle, toujours plus intelligente, toujours plus semblable à cette perfection que j'ai cru/voulu atteindre toute ma vie avant de comprendre que si j'attendais de l'avoir atteinte, je mourrais avant d'avoir été contente de moi. Toujours plus juge, toujours plus dure, toujours plus coupable et jamais assez parfaite. Suis-je née pour passer ma vie à me faire des reproches ? 

Au cours de toute votre existence, personne ne vous a jamais davantage maltraité que vous-même. Si vous vous maltraitez terriblement, vous pouvez même supporter qqn qui vous bat, qui vous humilie, qui vous traite comme moins que rien. Pourquoi ? Parce que, dans votre système de croyance, ivous vous dites «  je le mérite. Je ne suis pas digne d’amour et de respect, je ne suis pas assez bon(ne) ».

Peut-être vite évoqué mais essentiel, moi qui commence à parler à mes patients de prévention/info sur les violences conjugales ou autres, comment se lever contre quand on ne s'estime pas assez bien pour mériter d'en sortir ? On parle de violences. Bordel. 

On a besoin d’être accepté et aimé par autrui mais on est incapable de s’accepter et de s’aimer soi-même. Plus on a d’amour-propre, moins on se maltraite.

Comprendre nos accords et nos croyances, les démêler pour nous permettre de sortir de ces montagnes d'auto-flagellation/auto-maltraitance ? 

Vous avez conclu des milliers d’accords (…), mais les plus importants sont ceux que vous avez passé avec vous-même. Avec eux, vous vous dites qui vous êtes, ce que vous sentez, ce que vous croyez et comment vous comporter. (…) Il y a des choses que je peux faire. D’autres non…

Nous avons tout juste assez d’énergie pour survivre chaque jour, car presque tout notre pouvoir sert à respecter les accords (du système de croyance) qui nous maintiennent dans le rêve de la planète.

Si nous sommes capables de voir que ces accords dirigent notre existence et que nous n’aimons pas le rêve de notre vie, alors il nous faut changer ces accords. 

Le but de cet ouvrage est donc de présenter 4 accords dits fondateurs dans la pensée toltèque (je vous laisse googler c'est assez vaste) qui sont censés permettre de désamorcer ce système de croyance erroné à partir duquel nous nous faisons du mal : 
- Avoir une parole impeccable
- Ne jamais en faire une affaire personnelle 
- Ne pas faire de suppositions
- Faire de son mieux

Vous verrez, ils sont simples et ils changent tout. 
A bientôt pour la suite. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot à rajouter ?